vendredi 29 juin 2012

Ligue Magnus : les défenseurs décisifs 2011/2012

Alors que le recrutement pour la prochaine saison de ligue Magnus se termine, Glacenews vous offre pour la 3e année consécutive le classement des joueurs les plus décisifs de la saison régulière, toutes équipes confondues. Dernier volet aujourd'hui avec les défenseurs.

Il y a trois saisons, Glacenews a commencé à répertorier les joueurs les plus efficaces à partir des play-offs puisque le blog avait été créé en janvier 2009. Pour la 3e année consécutive, je suis en mesure de vous fournir un classement portant sur les 26 journées du championnat français.

Ce baromètre permet de prendre en compte non pas les performances des meilleurs buteurs ou assistants, mais la capacité des joueurs qui, sous la pression qui croît au fil de la saison, parviennent à faire la différence dans des situations cruciales.

Les buts inscrits et ainsi comptabilisés n'ont pas tous la même valeur, selon qu'ils sont marqués en première, deuxième, troisième période ou en prolongation. Un but qui rompt l'égalité au cours de la 3e période est beaucoup plus valorisant qu'un but inscrit en première période, puisqu'il lorsqu'il reste aux deux équipes un temps de jeu important. Le même raisonnement s'applique aux buts égalisateurs. Dans cette situation, le joueur doit parvenir à produire une attaque concluante sous la pression.
Ce classement a été établi en prenant en compte les buts et assistances qui ont fait la différence sur l'ensemble des matches du 1er tour à la finale :
  • - le premier but de chaque équipe + assistance
  • - le but égalisateur + assistance
  • - le but qui donne l'avantage + assistance
En fonction des périodes, la valeur des buts a été calculée ainsi :
  • - 1e période : 1 point par but et par assistance
  • - 2e période : 3 points par but et par assistance
  • - 3e période : 4 points par but et par assistance
  • - prolongation : 6 points par but et par assistance
Top 14 des défenseurs décisifs de ligue Magnus 2010/2011
Alexandre Rouleau
  1. 36 points : Jean-Philippe Paquet (Caen) - entre dans le Top 14
  2. 35 points : Steven Vanoosten (Briançon) - nouveau joueur de ligue Magnus
  3. 30 points : Alexandre Rouleau (Grenoble) - gagne 10 places par rapport à 2011
  4. 28 points : Antonin Manavian (Rouen) - entre dans le Top 14
  5. 25 points : Thomas Roussel (Amiens) - entre dans le Top 14
  6. 23 points : Milan Tekel (Gap) - entre dans le Top 14
  7. 21 points : Dusan Brincko (Caen) - entre dans le Top 14
  8. 18 points : Baptiste Amar (Grenoble) - entre dans le Top 14
  9. 18 points : Kyle Hardy (Dijon) - nouveau joueur de ligue Magnus
  10. 16 points : Nyko Mantyla (Epinal) - perd 2 places par rapport à 2011
  11. 16 points : Sylvain Dufresne (Grenoble) - nouveau joueur de ligue Magnus
  12. 16 points : Angel Nikolov (Amiens) - nouveau joueur de ligue Magnus
  13. 15 points : Viktor Szelig (Briançon) - entre dans le Top 14
  14. 14 points : Richard Demen-Willaume (Rouen) - nouveau joueur de ligue Magnus 

©crédit photo www.rhe76.com
©http://glacenews.blogspot.com - reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation de l'auteu
r

jeudi 28 juin 2012

Ligue Magnus : joueurs décisifs 2011/2012

Alors que le recrutement pour la prochaine saison de ligue Magnus se termine, GlaceNews vous offre pour la 3e année consécutive le classement des joueurs les plus décisifs de la saison régulière, toutes équipes confondues. Demain paraîtra celui portant sur les défenseurs de ligue du championnat français.
Il y a trois saisons, Glacenews a commencé à répertorier les joueurs les plus efficaces à partir des play-offs puisque le blog avait été créé en janvier 2009. Pour la 3e année consécutive, je suis en mesure de vous fournir un classement portant sur les 26 journées du championnat français. Ce baromètre permet de prendre en compte non pas les performances des meilleurs buteurs ou assistants, mais la capacité des joueurs qui, sous la pression qui croît au fil de la saison, parviennent à faire la différence dans des situations cruciales.

Les buts inscrits et ainsi comptabilisés n'ont pas tous la même valeur, selon qu'ils sont marqués en première, deuxième, troisième période ou en prolongation. Un but qui rompt l'égalité au cours de la 3e période est beaucoup plus valorisant qu'un but inscrit en première période, puisqu'il lorsqu'il reste aux deux équipes un temps de jeu important. Le même raisonnement s'applique aux buts égalisateurs. Dans cette situation, le joueur doit parvenir à produire une attaque concluante sous la pression.
Ce classement a été établi en prenant en compte les buts et assistances qui ont fait la différence sur l'ensemble des matches du 1er tour à la finale :
  • - le premier but de chaque équipe + assistance
  • - le but égalisateur + assistance
  • - le but qui donne l'avantage + assistance
En fonction des périodes, la valeur des buts a été calculée ainsi :
  • - 1e période : 1 point par but et par assistance
  • - 2e période : 3 points par but et par assistance
  • - 3e période : 4 points par but et par assistance
  • - prolongation : 6 points par but et par assistance
Jonathan Bellemare
Top 14 des joueurs décisifs de ligue Magnus 2011/2012
  1. 62 points : Eric Castonguay (Briançon)  - nouveau joueur de ligue Magnus
  2. 59 points : Jonathan Bellemare (Angers) - entre dans le Top 14 
  3. 57 points : Carl Lauzon (Chamonix) (=)
  4. 57 points : Toby Lafrance (Epinal)
  5. 51 points : Maxime Boisclair (Epinal) - gagne 2 places par rapport à 2010/2011
  6. 49 points : Martin Tomasek (Amiens) - entre dans le Top 14
  7. 49 points : Richard Aimonetto (Chamonix) - gagne 1 place, par rapport à 2010/2011
  8. 48 points : François Ouimet (Grenoble) - nouveau joueur de ligue Magnus
  9. 48 points : Clément Masson (Mont-Blanc) (=)
  10. 45 points : Jean-François Caudron (Briançon) - nouveau joueur de ligue Magnus
  11. 43 points : Grégory Béron (Amiens) - entre dans le Top 14
  12. 43 points : Marc-André Bernier (Briançon) - entre dans le Top 14
  13. 41 points : Yanick Riendeau (Dijon) (=)
  14. 46 points : Brad Walls (Briançon) - nouveau joueur de ligue Magnus
voir le palmarès 2010/2011

Demain, le palmarès des défenseurs les plus décisifs de ligue Magnus, car contrairement à la saison 2010/2011, le Top 14 des joueurs les plus décisifs du championnat n'est constitué que d'attaquants.  

©http://glacenews.blogspot.com - reproduction totale ou partielle interdite sauf autorisation de l'auteur

mercredi 27 juin 2012

Paroles de gardiens Part. II : Antoine Trombetta vs Guillaume Duquenne

Ils sont Rouennais, occupent le même poste, mais leur terrain de jeu est différent. Ils ont remporté des titres avec leurs clubs respectifs et seront 2e gardien junior de leur équipe à la rentrée. Quelle perception ont-ils de leur fonction ? A quels questionnements sont-ils confrontés ? Quelle est leur personnalité ? Réponses croisées avec Antoine Trombetta, vice-champion d'Europe en titre avec les Spiders de Rouen (roller hockey) et Guillaume Duquenne, champion de France cadets 2010 et 2011 avec les Dragons de Rouen (hockey sur glace). Second et dernier volet. 



Guillemette Flamein : quelles sont vos principales qualités humaines ?

A. T. : je suis mature, je ne me prends pas la tête avec ce qui n'en vaut pas la peine, je sais reconnaître mes torts, j'ai de l'humour.

G. D. : j’essaie d’être toujours souriant, agréable, sympathique, à l’image de Fabrice Lhenry (Ndlr : gardien international des Dragons de Rouen). 

G. F. : quels sont vos défauts principaux ?

A. T. : je suis gourmand, susceptible, paresseux. 

G. D. : je suis très impulsif ! Je peux m’emporter rapidement, mais après, on en reparle calmement et il n’y a plus de problème.

G. F. : qu'est-ce qui vous énerve le plus chez les autres ?

Antoine Trombetta - Demi-finales cadets
A. T. : les gens qui se la pètent, ceux qui disent sans arrêt « moi, je… moi, je... » 

G. D. : je ne supporte pas les fumistes et les faux-culs.

G. F. : qu'appréciez-vous chez les autres ?

A. T. : la gentillesse, l’amitié, le sens de l’humour.

G. D. : j’aime les gens sérieux et organisés.

G. F. : quel est le gardien que vous admirez particulièrement ?

A. T. : Jonas Hiller (Anaheim), d'abord parce qu’il est inversé comme moi. Il est exceptionnel ! Il est tellement souple, grand… Il a tout !

G. D. : à Rouen, j’ai la chance de côtoyer Fabrice Lhenry. Sinon, j’aime bien Carey Price (Montréal) et Jonathan Quick (Los Angeles) pour sa rapidité. Dans ce domaine, c’est vraiment mon modèle. J’ai ses vidéos en tête pour me motiver.

G. F. : quel genre de gardien êtes-vous dans le vestiaire ?

A. T. : je suis discret et réservé. Avant un match, je suis dans ma bulle, je me concentre sur moi-même. Je ne suis pas du genre à motiver les gars dans le vestiaire, je les motive sur le terrain. En match, je prends sur moi si ça se passe mal. Je vais râler contre moi, mais pas après mes coéquipiers. 

G. D. : je suis sérieux, même si j’aime bien rigoler. Dès que je rentre dans la patinoire, c’est mon match et rien que mon match. Je me mets dans ma bulle.


G. F. : quelle hygiène de vie suivez-vous pendant une saison ?

A. T. : je ne sors jamais le soir la veille d'un match. J’essaie de ne pas me coucher trop tard en semaine.

G. D. : l’hygiène de vie passe d’abord par l’éducation que m’ont donnée mes parents, c’est-à-dire savoir faire les tâches ménagères car quand on se retrouve à vivre seul en appartement, on est bien content de savoir comment faire. Sinon, je ne sors jamais la veille des matches. En semaine, j’essaie le plus possible de me coucher de bonne heure, ce qui n'est pas toujours facile...

G. F. : quel rituel observez-vous avant un match ?

A. T. : je n'en ai aucun. Je fais simplement toujours la même chose à savoir que je rentre sur le terrain et je vais prendre mes repères : les coins, les poteaux…

G. D. : ce n’est pas un rituel à proprement dit. Disons que j’ai ma petite routine. Je fais mes crosses, je range mon équipement toujours de la même façon. Ces gestes répétés me mettent en confiance. Si je joue en tant que premier gardien, je sors en premier sur la glace. C’est une façon de m’imposer par rapport à l'adversaire.

G. F : quelle signification a le motif peint sur votre masque ?

A. T. : si je devais peindre un motif, je n'en peindrais aucun ! (Ndlr : le masque d'Antoine Trombetta est noir). J’y inscrirai à la rigueur mon prénom et mon numéro, c’est tout.  

Guillaume Duquenne
G. D. : sur l’ancien, j’avais d’un côté une tête de mort et de l’autre une faucheuse. J’avais vu ça sur le masque du gardien de Strasbourg quand j’étais petit et ça m’avait beaucoup plu. Le prochain, qui est à la peinture, se rapprochera de ce thème. Ce sera un mélange de celui de Carey Price (Montréal) et de celui de Vladimir Hiadlovsky (Strasbourg) avec quelques touches personnelles. Il y aura aussi un mur comme sur l’ancien.    
 
G. F. : quel est votre pire souvenir en match ?

A. T. : le match perdu contre Bordeaux (3-1) en coupe d’Europe. Je ne l’ai toujours pas digéré ! (Ndlr : le 21 avril 2012). 

G. D. : je me souviens d’un déplacement en Pologne avec les minimes (2007/2008). On a perdu 11-4 et j’ai pris 4 fois le même but, un shoot de la bleue. Là où je m’en suis aussi beaucoup voulu personnellement, c’est lors de mon dernier regroupement en équipe de France. Je n’ai pas été au niveau de ce qu’on attendait de moi. C’est là où le déclic s'est produit, à savoir qu'il faut toujours travailler encore et encore et savoir se remettre en question car rien n’est acquis.     

G. F. : le pire souvenir de votre vie ?

A. T. : mon redoublement en classe de seconde.

G. D. : je préfère ne pas en parler. 

G. F. : quelle a été jusque-là votre plus belle sensation de match ?

A. T. : le titre de vice-champion d’Europe cette saison, même si j'ai toujours en travers de la gorge le fait qu'on ait terminé à la 2e place... (Ndlr titre obtenu face à Bordeaux le 22 avril 2012).

G. D. : j’en ai deux : d’abord la dernière finale cadets. On n'a rien lâché ! C’était tellement intense que j’en ai attrapé des frissons et des gouttes de sueur froide. Ensuite, mon premier match en D2. Je suis rentré en 2e période, on perdait 4-1 et je me suis surpassé. On a quand même perdu 5-3, mais je me suis dit que par rapport aux arrêts que j’ai fait j’étais capable de jouer à ce niveau. Cela m’a donné une confiance terrible pour la suite de la saison. 

G. F. : le plus beau souvenir de votre vie ?

A. T. : à chaud comme ça, je n’en vois pas. 

G. D. : c’est plus la très belle surprise que m’a faite toute ma famille en venant me voir jouer à Amnéville. Ils ne m’avaient rien dit et quand je les ai vus à l’échauffement, ce fut une explosion de joie intérieure. On a perdu le match 4-2, mais perdre contre le champion de France en titre, il n’y avait pas de quoi rougir…

G. F. : quel est votre rapport à la glace et au roller ?

A. T. : je regarde les vidéos des belles actions sur le Net. J'ai voulu essayer le hockey sur glace, mais lorsque je me suis présenté à Rouen à l'âge de 9 ans, on m’a répondu que j’étais trop vieux pour commencer. Depuis, je n’ai jamais réessayé. Quant au reste, la ligue Magnus et l’équipe de France ne m’intéressent pas. Je trouve d'ailleurs le championnat français assez faible.     

G. D. : j’ai disputé la finale du championnat de France junior à Anglet en 2009. Le roller hockey n’a rien à voir avec la glace. Les règles sont différentes. J’avais moins besoin d’utiliser ma technique et de me déplacer car les cages sont plus petites. Mais la concentration est identique. L’ambiance était aussi différente, j’ai vraiment pris mon pied. Je joue au roller hockey avec mon frère quand la saison de glace est finie. Je ne laisserai jamais tomber la glace. Mais pourquoi pas envisager le roller hockey en fin de carrière ?…  

G. F. : on dit souvent que les gardiens sont des gens un peu "fêlés", des personnes à part dans l'équipe ?

Antoine Trombetta face à Caen
A. T. : je ne pense pas être quelqu'un de "fêlé" (rires). Je ne me sens pas à part dans l’équipe, je m'y sens bien intégré. Si je suis différent, c'est peut-être uniquement par ma façon de penser, c’est tout.

G. D. : ma façon d’être doit me mettre parfois dans un monde à part car souvent mes coéquipiers disent aux autres au sujet de mon comportement : « Ne cherchez pas, c’est normal, il est gardien !» (rires).

G. F. : au vu de l’importance de son poste, un gardien a-t-il plus besoin de reconnaissance qu’un autre joueur de l’équipe ?

A. T. : on a tous besoin de reconnaissance quand on fait quelque chose de bien. Le gardien n’en a pas plus besoin qu’un autre joueur. On est tous égaux dans l’équipe.

G. D. : non, car on parle de sport d’équipe. Chaque joueur est important. La reconnaissance, elle ne se demande pas. Elle vient avec le travail, elle vient de la part de tes joueurs et de tes entraîneurs.

G. F : qu’aimeriez-vous que vos entraîneurs vous disent ?

A. T. : j’aimerais qu’ils me conseillent davantage en tant que gardien. 

G. D. : ce que je fais de bien, je le sais. Je ne leur demande rien d’autre que ce qu’ils me disent déjà puisqu’ils sont toujours constructifs dans leurs remarques par rapport à mes erreurs pour me faire progresser.

G. F. : qui peut comprendre un gardien ?

A. T. : certains défenseurs à cause des buts que tu te prends, un autre gardien, ta famille et tes amis proches parce que ce sont les personnes qui te connaissent le mieux.

Guillaume Duquenne
G. D. : par rapport à l’attitude, à l’image qu’on va donner sur la glace aux autres, les gens peuvent avoir un aperçu de ce qui peut se passer dans notre tête. J’ai eu une longue discussion une fois avec mon père sur un placement et je lui ai dit de monter sur la glace et d’aller dans la cage. Et là, il a compris. Mais quand je vois jouer mon frère, qui est aussi gardien et qui a 11 ans, je sais exactement ce qu’il peut ressentir car je suis passé par là.

G. F. : que voudriez-vous faire plus tard ?

A. T. : j'aimerais être gardien professionnel, même si je sais qu'en France, très peu parviennent à en vivre. Sinon, j’aimerais être dresseur de chiens pour personnes aveugles.    


G.D. : j'espère bien un jour être gardien titulaire.

G. F. : le hockey, pour vous, ça représente… ?

A. T. : c’est ma passion, ma drogue ! Si je pouvais m'entraîner tous les jours, je le ferais, ce serait le rêve !   Je regarde toutes les rencontres de roller hockey sur Internet. Même si je suis invité, je préfère rester chez moi pour regarder un gros match sur le Net. A moins d'une blessure grave ou d'un problème majeur, je ne suis pas prêt d'arrêter !    

G. D. : ça représente mes parents qui m’ont toujours suivi, les sacrifices faits car c’est un investissement financier et personnel. Le hockey, ça représente ma vie.   

@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur
  

mardi 26 juin 2012

Paroles de gardiens : Antoine Trombetta vs Guillaume Duquenne


Ils sont Rouennais, occupent le même poste, mais leur terrain de jeu est différent. Ils ont remporté des titres avec leurs clubs respectifs et seront 2e gardien junior de leur équipe à la rentrée. Quelle perception ont-ils de leur fonction ? A quels questionnements sont-ils confrontés ? Quelle est leur personnalité ? Réponses croisées avec Antoine Trombetta, vice-champion d'Europe en titre avec les Spiders de Rouen (roller hockey) et Guillaume Duquenne, champion de France cadets 2010 et 2011 avec les Dragons de Rouen (hockey sur glace). Premier volet...   

Guillemette Flamein : comment avez-vous débuté le hockey et pourquoi être devenu gardien ?

Antoine Trombetta
Antoine Trombetta : je faisais du street dans la rue et un jour, mon frère m’a fait jouer au poste de gardien. Cela m’a plu. Je suis gardien aux Spiders de Rouen depuis 6 ans. J’ai 17 ans.

Guillaume Duquenne : j’ai commencé à patiner à l’âge de 3 ans et demi à la patinoire de Dunkerque. A l’âge de 7 ans, je suis devenu gardien parce que mon entraîneur trouvait que j’étais très calme. Je suis arrivé aux Dragons de Rouen à l’âge de 14 ans. J'ai 19 ans. 

G. F. : quel numéro portez-vous et pourquoi ?

A. T. : je porte le numéro 47. Au début, j’avais le numéro 5. Je trouvais ça moche car pour moi, ce n’était pas un numéro de gardien. Le 47 est l’addition de mes numéros favoris : le 4, le 5, le 11 car j’ai commencé à 11 ans et le 27, parce que je suis né le 27.   

G. D. : je porte le numéro 23. J’avais le numéro 1 quand je jouais à Dunkerque. Quand je suis arrivé à Rouen, on m’a donné le 23 que j’ai gardé. Le numéro ne change rien pour moi. 

G. F. : comment décririez-vous votre style de jeu ?  

A. T. : je dirais que j’ai un style plus papillon.

G. D. : j’ai un style très technique, très papillon.

G. F. : quels sont vos points forts en jeu ?

A. T. : le jeu au sol, le papillon

G. D. : la technique. Je dirais aussi la vitesse, même si je dois encore la travailler par rapport au niveau de jeu auquel je suis confronté.

G. F. : vos points faibles ?

A. T. : incontestablement ma lenteur. Il faut vraiment que je travaille ma rapidité 

G. D. : la lecture du jeu, mais elle se travaille avec l’âge et l’expérience, et aussi la préparation d’avant-match selon les matches que je dois jouer (Ndlr : Guillaume Duquenne joue aussi en D2 et a été back up de Fabrice Lhenry en senior sur quelques matches).
 
G. F. : que pensez-vous apporter à votre équipe ?

A. T. : de la confiance, c’est très important pour l’équipe qu’elle sache que tu es présent pour elle dans les buts.

G.D. : de la confiance, ce qui rend le poste de gardien très important dans une équipe car si cette dernière ne croit pas en toi, c'est très difficile.    

G. F. : comment travaillez-vous avec votre défense ?

A. T. : c’est mon gros défaut, je ne parle pas assez avec mes défenseurs. Ma timidité reprend le dessus. Je devrais plus le faire, ils le demandent. Mais quand je les vois en match tellement concentrés sur le jeu et le palet, je ne veux pas les déranger en leur disant qu’ils fassent attention au joueur qui est tout seul au 2e poteau par exemple…  

G. D. : en match, je parle beaucoup avec mes défenseurs. Je les encourage à l’entraînement. Je discute avec eux de certains détails comme les situations de 2 contre 1 ou lorsque l'on est en infériorité numérique par exemple. Il faut que je sache comment ils vont se placer devant moi.  

G. F. : quel est le plus dur pour un gardien : le mental, la lecture du jeu, la maîtrise technique ?

A. T. : tout est important ! Mais le mental est, à mon avis, ce qu’il y a de plus dur. Il faut accepter d’encaisser des buts sans râler. C’est vraiment mon gros point faible je dirais, avec la confiance. Je n’ai pas confiance en moi.    
Guillaume Duquenne face à Anglet
G. D. : la lecture du jeu se travaille avec le temps, la vidéo, l’expérience. La technique ne fait pas tout. Tim Thomas (Boston) n’en a aucune, contrairement à Jonathan Quick (Los Angeles). Le mental est ce qu’il y a de plus dur. On a un préparateur mental qui nous apprend comment gérer certaines situations. Mon mental est normal, je dois le travailler pour être vraiment plus constant.


G. F. : qu’est-ce qui vous fait tenir dans un match alors que l'issue en semble compromise

A. T. : tout dépend de l’équipe. Si je sens qu’elle a complètement lâché, c’est dur de ne pas en faire autant. Si elle s'accroche, alors je me bats et je ne lâche rien. Tout dépend aussi des matches car il y a des scores où tu te dis que quoi que tu fasses, tu ne pourras rien rattraper. 

G. D. : le fait de positiver, de comprendre comment je prends les buts, de se dire qu’un match n’est jamais fini, qu’il ne faut jamais rien lâcher car au hockey, tout va très vite.

G. F. : qu’est-ce qu’est le plus difficile à vivre en jeu par rapport à vos coéquipiers ?

A. T. : de commettre l’erreur qu’il ne fallait pas au moment où il ne fallait pas. Là, tu te sens vraiment mal.   

G. D. : si je fais une boulette énorme comme prendre un but à un moment-clé. Là, je me sentirai vraiment mal à l’aise par rapport à l’équipe.

G. F. : qu’est-ce qui pourrait vous faire sortir totalement de votre match ?

A. T. : les erreurs d’arbitrage, comme j’ai pu en vivre à Tours, lors des demi-finales du championnat de France cadets, dans le match contre Rennes (31 mars). Je gèle le palet avec la mitaine. Le joueur de Rennes va le chercher et le pousse dans le but. L’arbitre attend pour siffler et accorde le but. Cela m’a complètement fait sortir de mon match.  

G. D. : je ne sais pas car cela ne m’est jamais arrivé.

G. F. : que redoutez-vous le plus en tant que gardien ?

A. T. : qu’on prenne ma place de premier gardien.   

G. D. : c’est de faire une erreur bête en cours de match. Je ne redoute pas qu'on prenne ma place de premier gardien car je suis le 2e quelle que soit la catégorie dans laquelle je joue (rires).      
 
G. F. : qu'aimez-vous le plus en match ?


Antoine Trombetta - Demi-finales cadets
A. T. : j’aime le beau jeu, quand c’est équilibré. J’aime le respect qu’on peut avoir entre joueurs et par  rapport au jeu. Pour moi, l'idéal serait que les matches se déroulent dans le silence, comme à Roland-Garros, que le public prenne du plaisir à regarder  le jeu.  

G. D. : c’est être là pour l’équipe, que ça aille bien ou mal.

G. F. : qu'est-ce qui vous énerve le plus en jeu dans votre équipe ?

A. T. : ce qui m’énerve le plus sur le terrain, c’est quand je n’ai pas de défense et quand l'un de mes joueurs déclenche une bagarre. J’adore gagner, mais si je perds, ce n’est pas la fin du monde ! Il y a des choses bien plus graves dans la vie. Ce qui m’énerve aussi, c’est quand l'on crie des choses dans les gradins qui ne veulent rien dire, qui n’apportent rien à l’équipe et qu’on ne comprend pas nous, sur le terrain. Ça m’énerve aussi qu’on crie sur l’arbitre.      

G. D. : si je suis énervé, c’est après moi, je ne dis rien à mes joueurs. Si on a pris un but, c’est que je ne l’ai pas arrêté, point. Il est pris, il est pris. On ne reviendra pas en arrière. On passe à autre chose.

G. F. : et chez l’adversaire ? 

A. T. : là encore, les gars qui cherchent la bagarre, tout comme ceux qui ne s’excusent pas après m’avoir donné des coups de crosse en passant.     

G. D. : rien. Je n’ai jamais répondu aux insultes d'un adversaire ni n'en ai jamais lancé par rapport aux coups de crosse que j’ai pu recevoir.

G. F. : que vous ont apporté vos différents titres ?

A. T. : cette saison, j’ai disputé les demi-finales du championnat de France cadets et je suis vice-champion d’Europe 2012. Ce titre et le fait d’avoir joué la coupe d’Europe m’apportent non seulement un peu de confiance en moi, mais également de l’expérience. J'aimerais que les autres équipes la saison prochaine disent en nous affrontant : "Ah, c'est Rouen, le vice-champion d' Europe !"        

G. D. : j’ai été champion de France cadets en 2010 et 2011 et ai eu la médaille de bronze avec les juniors des Spiders en 2009. Ce sont de très belles récompenses qui reflètent la saison réalisée. Ça ne m’apporte aucune confiance supplémentaire car le championnat est fini et il faut se remettre au travail pour la saison d’après.
  
G. F. : vous serez 2e gardien la saison prochaine. Que retirez-vous de cette situation qui n’est pas forcément facile à assumer ?


A. T. : depuis que j'ai commencé à l'âge de 11 ans, j'ai toujours été premier gardien et le seul de ma catégorie. La saison prochaine, pour la première fois, je serai 2e gardien en junior. Je sais que le premier ne me laissera pas une seule occasion de jouer. Je ne lui donnerai pas non plus de conseil car je sais qu’il m’enverra bouler. Je vais profiter de cette situation pour travailler et progresser dans le but d'essayer de prendre sa place. 

Guillaume Duquenne
G. D. : c’est une chance d'être 2e gardien. En senior, cela m’a permis de voir comment les étrangers du RHE se préparaient. En junior, cela veut dire qu’il faut que je travaille toujours plus pour passer premier gardien. Ce n’est pas frustrant du tout. Les premiers gardiens méritent leur place (en référence à Sebastian Ylönen). Ils sont meilleurs que moi. A moi de travailler pour prendre leur place.  


Deuxième et dernière partie de cet entretien croisé demain. Elle portera sur la personnalité des deux gardiens. 

crédit photo Guillaume Duquenne : Stéphanie Ouvry
@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur  

lundi 25 juin 2012

Ligue Magnus à 12 clubs

C'était l'un des gros chantiers de la fédération française de hockey sur glace. Il se concrétisera en 2014 par la réduction d'une ligue Magnus à 12 clubs au lieu de 14 actuellement. 

L'annonce est tombée aujourd'hui sur le site de la FFHG. La ligue Magnus ne se jouera plus qu'à 12 formations au lieu de 14 à partir de la saison 2014/2015.

Lors de son assemblée générale qui s'est tenue à l'Insep, dimanche 24 juin, les instances fédérales ont pris également d'autres mesures.

  • augmentation du nombre de matches
Afin de faire plus ou moins comme ses homologues européens, le championnat ne comptera plus 26 journées régulières, mais bien 44, soit une augmentation de 18 journées.

  • play-offs
Au vu du nombre de clubs, les 8 premières équipes de la saison régulière seront qualifiées directement pour les quarts de finales. L'ensemble des play-offs, à savoir les quarts, les demies et la finale, se jouera en sept matches.

  • relégation 
Une seule équipe sera reléguée dans la division inférieure.


A l'issue de la saison 2013/2014, les trois dernières équipes de la saison régulière redescendront donc en division 1.

Le détail des dispositions prises en assemblée générale ici. 

@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur

L'Europe à nouveau en Ukraine...

Décidément, la France aime l'Ukraine... Après l'Euro 2012, la finale de la coupe d'Europe continentale se déroulera du 11 au 13 janvier à Donetsk, en Ukraine.

On connaît au moins deux des quatre finalistes qui joueront à Donetsk, en Ukraine, en janvier 2013 le dernier round de la coupe Continentale.

Il s'agit en effet des Dragons de Rouen, vainqueur de l'édition 2012 et du Donbass Donetsk, finaliste 2012. 

C'est à ce dernier que l'IIHF, fédération internationale de hockey sur glace, a confié l'organisation de la finale 2013.

Le club ukrainien, qui évoluera dès la rentrée en KHL, recevra donc ses hôtes à la Donetsk Drujba Arena du 11 au 13 janvier 2013.

Un bel événement auquel est rodé le président du Donbass Donetsk, qui était également le président de l'Euro de football en Ukraine...

Espérons que la finale de la coupe Continentale suscitera plus d'engouement de  la part des habitants de Donetsk et des Ukrainiens en général que l'Euro de football.

L'Ukraine, dont les dirigeants bafouent toujours les Droits de l'homme, est enlisée dans de graves crises politique et économique.

Le premier tour de la coupe Continentale débutera le 28 septembre, en Roumanie. 

@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur 

Tim Bozon au Canadien de Montréal

La draft était assurée. Restait simplement à savoir dans quelle franchise... Vendredi soir, Tim Bozon a été repêché par le Canadien de Montréal, club dans lequel son père, Philippe, a toujours rêvé de jouer. 

On dit souvent que les enfants portent les rêves avortés de leurs parents...

Le jeune attaquant Tim Bozon a réalisé sans le vouloir celui de son père. A 18 ans, le Franco-Américain vient d'être drafté par le Canadien de Montréal au 3e tour, à la 64e position.

Son père Philippe*, petit génie de l'offensive tricolore, avait été le premier joueur de l'Hexagone à percer en NHL, aux Blues de Saint-Louis. Et a toujours rêvé de porter le maillot du Canadien.

Tim Bozon est donc le 3e joueur français formé en Europe (Allemagne et Suisse) à être repêché par une franchise de NHL, après Cristobal Huet en 2001 (au 7e tour et à la 241e position) et Yorick Treille en 1999 (au 7e tour et à la 195e position) et le premier à être aussi haut dans la draft.

Cristobal Huet a évolué de 2003 à 2009 en NHL à Montréal, Washington et à Chicago; dernier club avec lequel il a remporté la coupe Stanley en 2009. Yorick Treille quant à lui n'a jamais joué en NHL.   

C'est dire tous les espoirs placés en ce jeune attaquant qui, cette saison, a choisi de privilégier sa carrière nord-américaine au détriment des regroupements de l'équipe de France.

Un choix judicieux qui s'est révélé payant. Il est fort probable que Tim Bozon poursuive encore une saison en ligue junior avant de se lancer dans le grand bain.

Les amateurs pourront cependant le voir évoluer au sein de l'équipe de France lors des championnats du monde des moins de 20 ans qui se dérouleront en décembre prochain à Amiens, en Picardie. 

* Philippe Bozon a participé avec la France à quatre Jeux olympiques et à 12 championnats du monde.   

@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur             

vendredi 22 juin 2012

Vite dit, c'est vendredi !

Retour de la rubrique "Vite dit, c'est vendredi !". Une parenthèse ludique juste avant le week-end pour une actualité décalée au détour d'une citation, d'un "top" - "pas top", d'un chiffre...

LE QUI QU'A DIT ?

Chaque semaine, Glacenews extrait une citation parue dans la presse. A vous de voter en haut, à gauche du blog, pour en deviner l'auteur.

Aujourd'hui : "Il y a quelques-unes de mes idoles là-dessus."

A vos votes ! Réponse vendredi prochain.

Réponse du dernier "Qui qu'a dit ?" : la citation suivante "Cette signature, c'est un très gros coup" a bien été dite par le manager d'Epinal Anthony Maurice, en parlant du recrutement du jeune gardien Gabriel Girard, comme l'ont trouvé 58 % d'entre vous. Source : Vosges Matin 15 juin 2012. 

LE CHIFFRE : 4

Comme le nombre de joueuses françaises qui feront partie de l'effectif 2012/2013 des carabins de l'Université de Montréal. Marion Allemoz, déjà pensionnaire la saison passée, sera rejointe à la rentrée par 3 autres internationales du Pôle France de Chambéry : Betty Jouanny, Athena Locatelli et Lore Baudrit. Les 3 jeunes femmes ont passé avec succès les tests nécessaires à leur recrutement ce mois-ci. 

C'EST TOP !

On ne parle que de lui en ce moment ! Lui, c'est Thimothé Bozon, 2e fils du célèbre Philippe, ancien international français qui a été le premier joueur de l'Hexagone à évoluer en NHL, au Blues de Saint-Louis. Timothé, attaquant de 18 ans surdoué, selon les experts nord-américains, devrait être, sans surprise, drafté en NHL. Après avoir été formé en Allemagne et en Suisse, le jeune avant à la double nationalité américaine et française évoluait la saison passée en WHL, l'une des ligues juniors canadiennes les plus fortes (35 buts et 36 assistances en 71 matches). Déjà remarqué, il s'est également illustré lors du match des Espoirs de NHL, regroupant les 24 meilleurs attaquants, les 12 meilleurs défenseurs et les 4 meilleurs gardiens juniors.            

PAS TOP !

A quoi cela sert-il de payer une fortune les gardiens de NHL ? En effet, deux tableaux de NHL Numbers prouvent que les portiers les mieux payés de la prestigieuse ligue ne sont pas forcément ceux qui ont le meilleur rendement... en dehors du Suédois Henrik Lundqvist des New York Rangers, le plus cher : 7,7 millions de dollars, en finale cette saison de la coupe Stanley.

  1. Philadelphia : 7,4 M$
  2. Carolina : 7,2 M$
  3. Buffalo : 6,9 M$ 
  4. Minnesota : 6,7 M$ 
  5. Calgary : 6,6 M$ 

Le gardien Jonathan Quick, vainqueur de la coupe Stanley avec les Kings de Los Angeles, est l'un des moins chers payés (3,05 M$) devant le portier de Winnipeg (3 M$), de Washington (2,7 M$) et du moins cher, celui de Florida (2,7 M$).  
     

@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur

jeudi 21 juin 2012

Villard-de-Lans prêt à rebondir ?

Pour terminer son voyage en ligue Magnus, GlaceNews s'arrête dans le Vercors pour rendre visite aux Ours de Villard-de-Lans. 

Le gardien américain Jeff Lerg
Depuis cinq saisons, les Ours de Villard-de-Lans ont bien du mal à dépasser le stade de la 9e place au classement général de ligue Magnus. Cette année, le club isérois a dû même batailler ferme pour éviter la relégation en division inférieure, laissant cette option aux Bisons de Neuilly-sur-Marne.

Dès septembre, les Villardiens repartiront sur les routes de France écumer les patinoires adverses pour glaner de précieux points afin d'éviter la même mésaventure. Difficile de faire pire...

L'entraîneur américain Rich Metro s'est entouré de neuf nouveaux joueurs, dont 6 attaquants, montrant clairement une volonté offensive qui, en dehors de Nick Canzanello, conservé, et de Danick Bouchard, parti à Epinal, a très souvent fait défaut à l'équipe du Vercors.

Pour pallier le départ de Romain Farruggia, Villard a recruté Jeff Lerg, vu à Rouen avec le club italien d'Asiago lors de la finale de la coupe Continentale.

Les arrivants sont donc en attaque les Suédois Jens Eriksson (Reims) et Viktor Ringberg (Suède), le Français Mans Papaux (Brest), le Slovaque Matic Kralj, connu pour avoir évolué à Morzine (2010/2011) puis à Coventry, l'Italo-Américain  Derek Roehl (CHL) et le Canado-Portugais Jonathan Ornelas (CHL).

Deux défenseurs complètent cet effectif : l'Américain Tim Hartung (CHL) et le Français Stanislas Aubert, issu de Neuilly-sur-Marne.

Les trois joueurs nord-américains viennent de CHL, dont deux du club de Dayton (Hartung et Ornelas).

Ces neuf recrues renforceront un noyau dur formé autour des frères Favarin et Guillot-Diat, de Vincent Couture, Pierre-Antoine Simonneau, Quentin Jacquier, Kevyn Richard et de Nick Canzanello. 

Quittent les Ours le défenseur slovaque Daniel Sedlak, pilier offensif de l'arrière villardienne ces dernière saisons, qui rejoint le hockey mineur en tant qu'entraîneur. Le club du Vercors enregistre également les départs de Diaferia (Reims), Szabo (Morzine), de Vitton-Mea (Reims), de Thillet (Rouen), de Bouchard (Epinal), de Visegorodcevs (Annecy), de Thauwald, de Bienvenue, de Wagret et de Michal Beran.

@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur       


mercredi 20 juin 2012

Strasbourg à l'heure suédoise

Allons chercher de la chaleur du côté de l'Alsace où la glace de l'Etoile Noire est pour le moment au repos... 

le défenseur Kenny Källström
Quelle surprise réservera Strasbourg à ses adversaires la saison prochaine ? Après avoir terminé en 2011 en finale de ligue Magnus contre Rouen, l'Etoile Noire n'a pu réitérer l'exploit, diminuée par de sérieuses blessures (Petrilaïnen, Devin, Young...), éliminée par Amiens lors du tour qualificatif.

Résultat : une saison mitigée avec une 9e place à la clé, bien en deça de ce que les Alsaciens étaient capables de réaliser. Du coup, Daniel Bourdages, en fin stratège qui connaît le talent de son groupe, n'en a que peu modifié les lignes pour la rentrée.

L'Etoile Noire enregistre 5 départs - Franck (Caen), Gallagher, Kuuvulainen, Mallette et Young - pour 6 arrivées.

Et la surprise 2012/2013 vient de là ! L'effectif strasbourgeois comptera dans ses rangs 4 joueurs suédois - les 2 attaquants Rickard Rollin-Carlsson et Frederik Abrahamson et les 2 défenseurs Jesper Olsson et Kenny Källström -. Du jamais vu depuis 12 ans au bord de l'Ill ! 

Ces recrues venues du pays des Trois Couronnes ne sont pas les seules puisque Daniel Bourdages a également débauché de Gap le solide arrière tchèque Jakub Suchanek ainsi que le jeune Erwan Agostini, encore Spinalien la saison passée.

L'entraîneur canadien a donc réussi à conserver les forces vives d'un groupe très soudé, travailleur et motivé qui a prouvé à maintes reprises par le passé qu'il ne lâchait jamais rien, tout en solidifiant clairement sa base défensive.  

Aux nouveaux arrivants de s'intégrer à une formation constituée à l'arrière de Cesnek, de Cruchandeau et de Striz et du 2e gardien Beck, et à l'avant de Cibula, Cayer, Bouge, Burgert, Tarantino, Marcos, Correia, Devin et Dufournet, dont la clé de voûte demeurera encore et toujours l'inébranlable gardien slovaque, Vladimir Hiadlovsky. 

L'Etoile Noire pourrait fort bien éclipser à nouveau bon nombre de ses adversaires la saison prochaine...

crédit photo Jessica Ström
@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur   

   

lundi 18 juin 2012

Rouen : obligation de résultats

Le défenseur slovaque Miroslav Durak
Début de semaine en Haute-Normandie pour GlaceNews, partie à la découverte des Dragons de Rouen, cette saison en mode "poids lourds"...

Cette saison, si vous êtes étranger et que vous n'affichez pas sur la balance plus de 95 kilos, ne vous arrêtez même pas sur la case "Dragons". Le Rouen Hockey Elite a voulu recruter du lourd et l'effectif ne manquera pas de poids au sens propre du terme.

Jugez un peu : Miroslav Durak, défenseur slovaque : 1,93 m et 97 kilos ; Juraj Stefanka, attaquant lui aussi slovaque : 1,88 m et 98 kilos ; David Fredriksson, avant suédois : 1,94 m et 104 kilos ; Andrej Tavzelj, défenseur slovène : 1,87 m et 97 kilos.

A côté, Jonathan Janil, son 1,88 m et ses 85 kilos feraient presque figure de poids plume, tout comme l'ex-Angevin, l'Estonien Lauri Lahesalu (enfin arrivé en bord de Seine), du haut de son 1,83 m et de ses 86 kilos et le Canadien Eric Castonguay, transfert de Briançon, limite fluet avec son 1,80 m et ses 79 kilos...   

Rouen a souhaité muscler sa défense, mais également peser sur l'attaque. Avec 9 recrues - 5 attaquants et 4 défenseurs -, les Dragons voient encore une fois leur effectif renouveler de moitié, comblant ainsi les départs de Santala, Demen-Willaume, Werencka et Manavian à l'arrière, et de Mallette, Elomo, Paré, Lampérier, Mulle à l'avant, Berthon et Lehéricey évoluant sur le 4e bloc, quand ils étaient utilisés...

La question qui se pose est désormais la suivante : comment faire aussi bien que la saison passée au cours de laquelle le RHE 76 a été sacré champion de France pour la 3e année consécutive et champion d’Europe ?

Une question à laquelle l’entraîneur Rodolphe Garnier ne répondra pas puisque rares seront ceux qui, dans l’équipe 2012/2013, auront connu les joies de ces deux titres.

Donc, retour à la case départ pour les Normands qui auront à leur tour un chapitre tout nouveau, tout beau, à écrire dans l'histoire du club.

Reste à noter que l'effectif n'a jamais compté autant de joueurs provenant d'Europe de l'Est avec un Estonien - Lauri Lahesalu -, un international Slovène - Andrej Tavzelj - et deux Slovaques respectivement issus de l'élite tchèque et slovaque - Juraj Stefanka et Miroslav Durak -.

Afin de respecter la règle des 10 joueurs formés localement, Rouen s'étoffe des jeunes attaquants Dimitri Thillet (Villard-de-Lans) et Loup Benoît (Grenoble) et du défenseur rouennais Florent Aubé (Suisse) de retour au bercail tout comme Dimitri Thillet. 

Si le cru 2012/2013 sera à découvrir dès le 21 août en match amical contre Caen, plusieurs têtes seront déjà connues du grand public : Marc-André Thinel et François-Pierre Guenette, toujours sous contrat, Julien Desrosiers, Ilpo Salmivirta, Anthony Rech, Romain Guttierez, Fabrice Lhenry et Sébastian Ylönen dans les cages, Jonathan Janil et Raphaël Faure. 

Selon les dirigeants, ne manque qu'un défenseur pour boucler le recrutement. 

@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur  


 

vendredi 15 juin 2012

Vendredi, c'est vite dit !

Retour de la rubrique "Vite dit, c'est vendredi !". Une parenthèse ludique juste avant le week-end pour une actualité décalée au détour d'une citation, d'un "top" - "pas top", d'un chiffre...

LE QUI QU'A DIT ?

Chaque semaine, Glacenews extrait une citation parue dans la presse. A vous de voter en haut, à gauche du blog, pour en deviner l'auteur.

Aujourd'hui : "Cette signature, c'est un très gros coup."

A vos votes ! Réponse vendredi prochain.

Réponse du dernier "Qui qu'a dit ?" : la citation suivante "C'est un moyen de continuer ma progression en partant dans un grand club" a bien été dite par l'attaquant Loup Benoît, comme l'ont trouvé 45 % d'entre vous. Source : 20 Minutes 8 juin 2012. 

LE CHIFFRE : 6

Comme le nombre de nouvelles chaînes lancées en décembre sur la TNT, dont celle de l'Equipe HD sur laquelle enfin, les amateurs de hockey sur glace pourraient trouver leur bonheur par rapport à la diffusion de matches sur une chaîne accessible à tous. A suivre donc...

C'EST TOP !

Envie de participer à l'aventure du Rapace Live ? L'équipe recherche des collaborateurs pour pouvoir poursuivre sa mission de diffusion des matches des Gapençais. Les créateurs de cette web TV de qualité lance un appel à celles et ceux dont les compétences pourraient être utilisées pour les postes suivants : cameraman, commentateurs, technicien. Vous pouvez déposer votre CV et une lettre de motivation à Clément à l'adresse mail suivante : clementv.lerapacelive@gmail.com 

PAS TOP !

Pas de changement prévu du format de la NHL en 2012/2013. En effet, bien qu'adoptée par le Conseil des gouverneurs, cette modification de l'organisation des conférences, passant de deux (Est et Ouest) à quatre, a été rejetée par le syndicat des joueurs. La NHL envisagerait de porter l'affaire devant les tribunaux pour faire plier les joueurs. Se dirigerait-on à nouveau vers une nouvelle grève ? A suivre...    

@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur

jeudi 14 juin 2012

Mulhouse : joker !

GlaceNews ne parlera pas pour le moment des Scorpions de Mulhouse, n'ayant que trop peu d'éléments de comparaison sur cette nouvelle équipe de ligue Magnus.

Et quand on ne sait pas, mieux vaut se taire... Nous y reviendrons plus en détail dès l'entame de la saison.

Dans l'attente de cet article avec l'interview de l'entraîneur suédois Christer Eriksson, GlaceNews poursuivra lundi son tour de France de la glace par Rouen, avant de terminer par Strasbourg et Villard-de-Lans.

Pour aujourd'hui, sachez simplement que l'équipe de France A' est regroupée à Megève jusqu'au 24 juin, dans le cadre de la préparation de sa tournée estivale en République tchèque, dès la fin du mois de juillet.

Pour en savoir plus sur ce stage tricolore, je vous invite à lire ou relire l'article qui y a déjà été consacré.  

@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur


















mercredi 13 juin 2012

Morzine : repartira... mais sous quelle forme ?

GlaceNews reprend de la hauteur aujourd'hui en déposant bloc-notes et stylo en Haute-Savoie, dans une station chère à son coeur : Morzine-Avoriaz.

Le portier Henri-Corentin Buysse repart avec les Pingouins
Que se passe-t-il chez les Pingouins ? Malgré ce que l'on pourrait penser, nous ne sommes pas dans une période d'hibernation, comme en témoigne l'activité frémissante du site du HCMA. En effet, le club vient d'annoncer l'arrivée du défenseur suédois de Malmö (D2), Robin Weihager, âgé de 24 ans et le retour d'un de ses compatriotes, Johan Olsson, grosse pièce de la base arrière morzinoise en 2005 et en 2006.

Mais à part ça, rien de nouveau à l'horizon. Nous sommes le 13 juin, et le club n'affiche jusqu'alors dans ses rangs qu'un gardien, le talentueux Henri-Corentin Buysse ainsi que les attaquants Lust, Brodin, Besson, Mouret, Doucet et Papa, tous là la saison passée.

Les Pingouins s'étoffent également grâce au recrutement des deux défenseurs suédois cités ci-dessus, de l'arrière français Numa Besson, venu de Caen rejoindre son frère Josselin et des trois attaquants Szabo (Villard-de-Lans), de Konrad Reeder, Américano-Canadien de 30 ans, meilleur pointeur cette saison de CHL, et du très jeune Finlandais Toni Kluuskeri, 21 ans, en provenance de son championnat junior natal.

Faisons les comptes : Morzine aligne donc 3 défenseurs, 9 attaquants et un gardien de but... et cela, sans avoir embauché d'entraîneur, tout du moins officiellement ! Encore léger pour débuter la saison dans trois mois...

Depuis la rédaction de cet article, Morzine a enregistré l'arrivée du jeune défenseur rouennais, Nicolas Lehéricey. Restent également Cyril papa et Loïc Gaydon qui se sont réengagés. 

Les Pingouins accueillent aussi le retour du Canadien Evan Cheverie, pièce maîtresse de l'attaque morzinoise en 2006/2007 lorsque le club a disputé la finale de coupe Magnus, face à Grenoble.   

Le successeur de Santeri Immonen (devenu assistant-coach aux côtés de Heikki Leime chez les Gothiques d'Amiens) aura donc fort à faire pour homogénéiser un groupe à dominante franco-scandinave dont il n'aura pas choisi les joueurs.

Mais les dirigeants du club n'étant pas manchots, l'assemblée générale du finaliste de la coupe de la Ligue, qui aura lieu le 15 juin, à 20h30,  leur permettra certainement de révéler d'autres informations indispensables à la bonne marche de l'équipe, la saison prochaine...

NDLR : Mäkinen, Koivunen et Elian arrêtent leur carrière de joueur. Shields et Arildsson quittent également le club.  

crédit photo : RHE76
@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur    
                 

mardi 12 juin 2012

Grenoble ou la force tranquille

GlaceNews rend une petite visite au vice-champion de France, dont le recrutement est sur le point de s'achever. 

L'entraîneur Jean-François Dufour
Depuis l'arrivée de Jean-François Dufour en chef de meute, les Brûleurs de Loups se consolident. Saison après saison, l'entraîneur canadien affine ses troupes et se rappelle au souvenir des meilleures formations. 

Après avoir décroché la coupe de la Ligue il y a deux saisons, Grenoble s'est invité en finale face à Rouen. Les Isérois n'appliquent pas de recette miracle. Mais à force de travail, de solidarité, de responsabilisation des plus jeunes et de l'expérience mis au service de l'équipe des cadres, ils parviennent chaque saison à éteindre les espoirs des prétendants au titre.

L'avantage d'un tel effectif composé de nombreux jeunes aussi bien français qu'étrangers est qu'il permet de mettre en lumière certains talents.

Il était donc logique de voir conforter dans le poste de premier gardien, la saison prochaine, le jeune Sébastien Raibon. Celui-ci pourra s'appuyer sur une défense quasi-inchangée, renforcée par Nicolas Antonoff, de retour au bercail qu'il a quitté il y a 5 ans, en dehors des départs d'Alexandre Rouleau (Suède), de l'Américain Steiner, non conservé par les dirigeants et du jeune Colotti, parti à Epinal.

Côté attaque, Jean-François Dufour a tenté de préserver ses lignes offensives, n'ayant pu retenir Loup Benoît (Rouen), Elie Raibon (Epinal) et Mitja Sivic (de retour à Briançon), et laissant libre champ à Anthony Aquino ainsi qu'à Graham Avenel (qui rejoint Jonathan à Brest).

Le portier international Ronan Quemener fait également les frais de sa saison en demi-teinte au sein des Brûleurs de Loups et gardera la cage des Diables rouges la saison prochaine.

Peu de gros changements donc sur les bords de l'Isère avec le renfort à l'avant de l'attaquant normand Luc Tardif, qui a besoin de se remettre en selle après une blessure au genou contractée en Floride la saison passée. A ses côtés sur le papier, pas forcément sur la glace, Ed McGrane. L'attaquant, qui a l'avantage d'avoir la double nationalité canadienne et écossaise, jouait en CHL et a inscrit 87 points en 74 matches. Ne manquait plus que Mike Vaskivuo, autre attaquant au double passeport, américain et finlandais, qui a la particularité d'avoir été élu meilleur joueur de CHL, la saison passée.  

Restent Brûleurs Joris Bedin, le capitaine 2011-2012 Julien Baylacq, Nicolas Arrossamena, Francis Desrosiers, Sylvain Dufresne, Kevin Dusseau, Baptiste Amar, François Ouimet, Matthieu Le Blond, Jason Crossman, Christophe Tartari, Maxime Suzzarini.

Les Brûleurs de Loups s'enrichissent également de trois jeunes joueurs U22 formés au club, à savoir Antoine Bonvalot (gardien), Mathieu Briand et César Joffre, tous deux attaquants.

crédit photo RHE76
@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur     

        

Gap : le changement, c'est maintenant !

Quittons les Vosges pour rejoindre d'autres cimes, celles des Hautes-Alpes. Petite halte à Gap avant de redescendre vers la capitale iséroise, Grenoble. 

Plan de vol compliqué pour les Rapaces en cette intersaison. Après l'annonce de Patrick Turcotte de cesser sa collaboration avec l'équipe senior (il se concentrera sur le mineur), les dirigeants ont recruté Ari Salo au poste d'entraîneur. 

Bien connu du public français, le Finlandais n'est pas un néophyte en la matière et a composé pour la saison prochaine une équipe dans laquelle l'accent scandinave sera un peu plus présent.

Pour preuve, l'arrivée de l'attaquant Jouni Virpiö (Mestis 2e division), des défenseurs Kai Syväsalmi (Mestis aussi) et Niko Mäntylä (Epinal). Ils sont accompagnés par Mickaël Perez, de retour au nid après avoir passé quelques années chez le concurrent direct, à savoir Briançon, du Canadien Collin Circelli (attaquant), du jeune Nicolas Thos (Reims), de l'Américain Colin Moore (attaquant) et du jeune Norbert Abramov (Cholet).

Concernant les "anciens", Ari Salo pourra compter sur l'expérience d'Alexandre Cornaire, dont la resignature était très attendue, des indéfectibles animateurs devant la cage Rambousek, Tekel et Jelen, complétés par André, Lacheny, Barier, Farina, Fribault, Luciak, Charpentier, Bardion et de celle du gardien américain Mike Zacharias.

Les autres Rapaces voleront de leurs propres ailes, pour certains, dans d'autres clubs français. C'est le cas pour Sébastien Gauthier et Anthony Rapenne à Epinal, Cody Campbell à Angers, Jakub Suchanek à Strasbourg, Lascek chez les Bisons (D1) et Kurdna, à Nantes (D1).

@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur 

    

lundi 11 juin 2012

Epinal veut faire forte impression

L'inoxydable Jan Plch
De Dijon à Epinal, il n'y a que 142 kilomètres que GlaceNews parcourt pour découvrir la nouvelle équipe des Dauphins. 

L'in
Gros, solide, jeune, expérimenté... Anthony Maurice, manager général des Dauphins, ne cache pas son enthousiasme lors de la description de ses recrues sur le site de son club. Une attitude somme toute normal pour un dirigeant qui ne peut que vanter les mérites d'un effectif pour moitié renouvelé.

Que doit-on attendre du cru spinalien 2012/2013 ? De très belles choses sur le papier, mais reste à voir la réalité du terrain. Car depuis plusieurs saisons, la mariée est belle, mais sur la glace, elle n'est pas très assurée...

La saison passée, nombreux sont ceux à avoir été déçus par les prestations plus que moyennes des frères Lacasse, d'Armando Scarlato, de Niko Mantyla ou encore de Mikko Jortikka. Cela tombe bien, Epinal s'en sépare, tout comme il laisse malheureusement partir Maxime Boisclair (Kazakhstan), Toby Lafrance (Briançon) ou encore le jeune Erwan Agostini (Strasbourg).

En contrepartie, arrivent en défense le Canadien Maxime Ouimet, Jan Hagelberg dont c'est le retour (à Epinal en 2009 et 2010), le lourd Slovène Gasper Susanj (96 kilos pour 1,86 m !) et le jeune Grenoblois Rémi Colotti. 

En attaque, Santino Pellegrino compte s'appuyer sur les Canadiens Danick Bouchard, seul joueur à avoir su tirer son épingle du jeu villardien, Sébastien Gauthier (Gap) et Benjamin Casavant, les Français Steven Cacciotti (ex-Bison), Elie Raibon (Grenoble), Yoan Chauvière (Montpellier) et Anthony Rapenne (Gap).

Afin de ne pas être en infraction avec la nouvelle règle des 10 joueurs, l'effectif sera complété par des joueurs du cru issus de la D3, avec laquelle les dauphins entendent renforcer des liens quant à la formation.

Que les supporters se rassurent, seront à nouveau alignés les indéboulonnables Jan Plch et Michal Petrak en attaque et en défense, Stéphane Gervais, Fabien Leroy et Peter Slovak.

Guillaume Chassard arrête défintivement sa carrière. 

Restait à trancher un dossier délicat : celui du gardien. Les dirigeants ont choisi Gabriel Girard pour sa marge de progression, son talent avéré et également son prix, beaucoup moins cher qu'un Ramon Sopko ou qu'un international tel le Slovène Hocevar. A 20 ans seulement, ce jeune portier franco-canadien vient de remporter la Memorial Cup. Doté selon l'entraîneur d'une excellente technique, le gardien nord-américain retrouvera au sein de l'effectif spinalien d'anciens coéquipiers en la personne de Benjamin Casavant, Danick Bouchard ou encore Sébastien Gauthier...


crédit photo RHE 76
@htpp://glacenews.blogspot - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur
        

Dijon joue la carte "France"

Sy Nutkevitch
GlaceNews remonte vers l'est de la France. Première étape de la semaine : Dijon. 

Il faudra certainement encore se méfier, cette saison, du magicien Tolvanen. Après avoir mené son groupe en finale de coupe de France à Paris pour y décrocher la coupe et avoir terminé les play-offs en demi-finales face à Grenoble, l'entraîneur finlandais saura à coup sûr révéler de nouveaux talents sur la glace.

Et il le faudra car Dijon a perdu à l'intersaison sa première ligne offensive qui a, à de multiples reprises, fait éclater bon nombre de défenses adverses. Martin Gascon est parti à Amiens, Yanick Riendeau au Kazakhstan, Anthony Guttig en Suède. Sans oublier l'expérimenté portier slovaque Ramon Sopko, le Suédois Börjesson, retourné au pays et Matthias Arnaud, envolé également pour le pays aux Trois Couronnes...

Pour pallier ses départs, Jarno Tolvanen s'est d'abord appuyé sur un vivier français. Cela tombe bien, les nouvelles règles exigeant la présence sur la feuille de match de 10 joueurs formés localement.

C'est ainsi qu'Alexandre Mulle et Peter Valier débarquent de Rouen, Vincent Kara, de Chamonix et Kevin Igier, d'Angers. 

Côté étranger, pas de folie dans le club de la Côte d'Or, l'entraîneur finlandais s'appuyant en attaque sur l'international hongrois Janos Vas (division 2 suédoise), le centre canadien Sy Nutkevitch (CHL) et dans la cage, le Finlandais Kai Tillanen, âgé de 31 ans, qui quitte pour la première fois sa Finlande natale où il jouait en 2e division. 

Aux côtés de Jarno Tolvanen, ont resigné Stephen Dugas, Benoît Quessandier, Nicolas Ritz, Aram Kevorkian, Cedric Custosse, Andrej Mrena,  Kyle Hardy, Joffrey Pingrit, Quentin Mahier, Gabrile Da Costa et Jacques Evrard.

Dijon jouera à trois lignes la saison prochaine. L'assistant des Ducs, Thomas Decock, souffrant d'un cancer de la lymphe, devrait être absent de la glace cette saison. 

Dernier arrivé chez les Ducs, le Suédois Johann Skinnars, ailier percutant et redoutable passeur évoluant en Norvège.   

Le Dijon Hockey Club vient d'annoncer en ce mercredi 20 juin l'arrivée de Sami Ryhänen, un centre finlandais de 32 ans, débarqué tout droit des Nottingham Panthers. L'attaquant scandinave n'est pas un inconnu en France puisqu'il a déjà évolué à Strasbourg (alors en D1) et à Clermont (alors en Magnus). Jarmo Tolvanen enregistre ainsi son 12e attaquant.   

@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur  

vendredi 8 juin 2012

Vite dit, c'est vendredi !

Retour de la rubrique "Vite dit, c'est vendredi !". Une parenthèse ludique juste avant le week-end pour une actualité décalée au détour d'une citation, d'un "top" - "pas top", d'un chiffre...

LE QUI QU'A DIT ?

Chaque semaine, Glacenews extrait une citation parue dans la presse. A vous de voter en haut, à gauche du blog, pour en deviner l'auteur.

Aujourd'hui : "C'est un moyen de continuer ma progression en partant dans un grand club."

A vos votes ! Réponse vendredi prochain.

Réponse du dernier "Qui qu'a dit ?" : la citation suivante "La technique est ma force, mais je dois travailler pour être meilleur physiquement." a bien été dite par l'attaquant international Stéphane Da Costa, comme l'ont trouvé 68 % d'entre vous. Source : L'Equipe 4 mai 2012. 

LE CHIFFRE : 550 000

Comme le montant de la subvention votée au conseil municipal d'Angers à destination des Ducs. Reste à savoir à quelle ligne budgétaire sera affectée cette belle somme...

C'EST TOP !

Décidément, les Kings de Los Angeles ont bien du mal à boucler leurs séries en 4 matches. Lors des tours précédents, la franchise californienne a dû batailler à cinq reprises pour se débarrasser des Coyotes de Phoenix et des Canucks de Vancouver, n'ayant vaincu qu'une seule fois en 4 rencontres face aux Blues de Saint-Louis. Bis repetita encore en finale puisque les Devils de New Jersey ont sauvé la première "balle de match" jeudi (3-1), obligeant leurs adversaires à disputer un 5e choc au sommet pour espérer décrocher la première coupe Stanley en 45 ans d'histoire !   

PAS TOP !

La disparition de Vladimir Krutov à l'âge de 52 ans, victime d'une hémorragie interne, à l'hôpital de Moscou. Le double champion olympique (1984 et 1988) a marqué 59 buts en 90 matches sous le maillot de la Russie. Il était devenu entraîneur du CSK Moscou en 2001. 

@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur

jeudi 7 juin 2012

Chamonix mise sur la stabilité

GlaceNews va respirer le bon air de la montagne en posant son bloc-notes et son stylo à Chamonix. 

Richard Aimonetto
Les Chamois n'en finissent pas de surprendre. Depuis plusieurs saisons, Stéphane Gros imprime sa patte sur le club alpin, lui permettant de terminer dans les quatre premiers du classement.

Après une saison régulière éclatante de réussite, Chamonix s'apprête à remettre ça dès septembre prochain.

En dehors du départ de l'efficace avant Brent Patry, les Chamois conservent une ossature très intéressante avec Aimonetto, Gras, Masson, Hascoët, Colombin, Cocar, Ôhberg, Torfou, Charland, Lauzon, Audibert, Terrier et Veydarier.

Peu de modifications donc dans l'effectif qui voit simplement le jeune attaquant Kara partir à Dijon et le défenseur Korenko revenir à briançon.

La véritable inconnue pour Chamonix se posera en termes de gardien. Les Chamois ont pu compter la saison dernière sur un Florian Hardy en très grande forme, une forme accompagné de solides performances lui permettant d'être le 3e portier de l'équipe de France.

Mais le titulaire des cages du club alpin a choisi la saison prochaine de ranger mitaine et bouclier dans les vestiaires angevins. Pour le remplacer, Stéphane Gros a décidé de jouer la carte jeune en recrutant le Caennais Clément Fouquerel. Un pari judicieux pour ceux qui ont suivi, depuis plusieurs saisons, la formidable progression du portier français, promis également à un bel avenir international.

A Clément Fouquerel de relever le défi d'être à la hauteur d'une équipe qui jouera encore le haut de tableau la saison prochaine...

Ils arrivent : Biscard, Arès et Silvenoinnen (D1 Mont-Blanc)? Latulippe (Pays-Bas, Tilburg avec un nom prédestiné...) et Pacha (CHL Bloomington)  

@http://glacenews.blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur        

mercredi 6 juin 2012

Caen à nouveau en construction

Aujourd'hui, Glacenews s'arrête en Basse-Normandie pour étudier le futur équipage du Drakkar caennais. 

On pensait l'embarcation stabilisée depuis deux saisons. Mais coup de théâtre ! Voilà qu'en avril, le capitaine Bertrand Pousse est débarqué du navire, prié d'aller naviguer vers d'autres horizons... Un coup de trafalgar auquel, pourtant, l'on devrait être habitué de la part de Caen, les dirigeants ayant réservé le même sort, il y a deux saisons, à David Dostal.

Mais depuis, les Drakkars avec Bertrand Pousse à la barre, ont surmonté bien des tempêtes, résistant aux grains les plus violents pour parvenir à se maintenir en ligue Magnus.

La parenthèse Pousse refermée, c'est au tour de Luc Chauvel d'écrire une nouvelle page de l'histoire des Drakkars. Bien connu du club puisqu'il y officiait dans le hockey mineur, le nouveau commandant en chef du Drakkar doit reconstituer sa flotte.

En effet, délestés de Jean-Philippe Paquet (Canada), d'Udo Marie (Courbevoie), de Numa Besson (Morzine-Avoriaz), de Clément Fouquerel (Chamonix), d'Antoine Vigier, de Pierre Bennett (arrêt) et des étrangers Brincko (Mulhouse), Hyypa, Cunnigham, Urpo et Buicko, les Caennais doivent étoffer leur effectif.

Le club bas-normand a donc recruté en offrant un poste de titulaire au gardien Lucas Normandon (Angers) et en donnant leur chance à Cosgrove (D1 Reims), Deshaies (D1 Lyon), au Finlandais Rahkola, à Birolini (D1 Neuilly-sur-Marne). 

Luc Chauvel pourra s'appuyer en attaque sur l'expérience de son frère Brice et d'un ancien Drakkar, Thiery Poudrier, ces deux derniers avants venant tout droit d'Angers.

Le noyau central sera constitué de Kevin Da Costa, de Jérémy Romand, de Jean-Christophe Gauthier, de Charles Geslain et de Thibault Geffroy, Alexis Gomane évoluant désormais en défense.

Ne manque plus que deux attaquants et la mise à l'eau pourra être effective...

htpp://glacenews.blogpsot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur 

lundi 4 juin 2012

Briançon au complet ?

Mickaël Perez revient à Gap
Glacenews s'en va prendre le frais dans les Hautes-Alpes et s'arrête à Briançon dans son tour de France de ligue Magnus.

Que de mouvement à Briançon à l'intersaison ! Pas moins de 13 arrivées pour 14 départs... Luciano Basile perd deux de ses piliers, le défenseur Gary Levêque parti à Angers et Mickaël Perez, retourné à ses premières amours gapençaises. 

Heureusement, l'entraîneur italo-canadien pourra toujours s'appuyer sur Edo Terglav, à la retraite pour être assistant-coach, tout comme l'indéfectible Viktor Szelig, en défense, Marc-André Bernier, à l'offensive ainsi que Sébastien Rohat, toujours fidèle.

Les Diables rouges effectuent un remaniement en profondeur, profitant du retour du défenseur Korenko (Chamonix), de l'attaquant Mitja Sivic, ex-Grenoblois, retrouvant également Loïc Lampérier, heureux de renouer avec l'ivresse des sommets après une saison en demi-teinte à Rouen.

On peut cependant se poser des questions quant au visage de la future offensive briançonnaise. Bien que l'on connaisse les qualités de Mitja Sivic, de Marc-André Bernier et de Sébastien Rohat, le percutant quatuor Castonguay, Walls, Caudron et Vanoosten ne sera pas évident à remplacer.

Du côté du championnat français, Luciano Basile a su attirer le redoutable attaquant Toby Lafrance, venu d'Epinal ainsi que le défenseur international Trabichet, ex-Gothique. Espérons pour lui que le portier Ronan Quemener réussira une bien meilleure saison qu'il n'a faite au sein de Grenoble, ayant la lourde tâche de succéder au jeune et talentueux espagnol Alcaine, parti tenter sa chance au Canada.

Milanovic, Golicic , Linkomaa et Jokinen complètent un effectif qui accueille également Rouillard et Crinon (Reims) et Frecon (Montpellier).

Dernier en date à arriver au club au début du mois de juillet, l'attaquant canadien Dave Labrecque. Le jeune joueur est gaucher, mais purrait évoluer aussi bien au centre qu'à l'aile. A voir... 

Restent fidèles au club par rapport à la saison dernière Chakiachvili, Di Dio Balsamo, Bourgaut et Bertrand.

Difficile de dire aujourd'hui à quoi ressemblera l'équipage des Diables rouges. il faudra attendre les premiers matches amicaux pour goûter au cru 2012/2013, mis en bouteille par Luciano Basile, ce dernier ayant le chic pour réserver de bien belles surprises à ses adversaires...


crédit photo www.rhe76
@http://glacenews?blogspot.com - reproduction partielle ou totale interdite sauf autorisation de l'auteur